Au camping

Ah, l’été, le soleil, la chaleur, et surtout… l’insouciance des vacances ! Les tracasseries du quotidien n’existent plus quand on fait la fête dans un camping autour d’un feu avec des amis et des bières… Les esprits sont aussi légers que les jupes des filles et on ose certainement plus de choses qu’on le ferait en temps normal.C’est ce que que ressentait Grégory, qui depuis quelques jours déjà n’avait d’yeux que pour Lucie. Elle était belle, intelligente et particulièrement sexy ce soir. Grégory avait décidé de tenter le tout pour le tout : il avait trop attendu et s’il ne se lançait pas ce soir il ne le ferait jamais.

Alors qu’il avait rassemblé tout son courage et qu’il s’apprêtait à l’aborder, elle se leva et s’éloigna de la bande. Grégory ne se voyait pas se rassoir, pas après avoir tant ressassé toute la journée sur la manière de l’aborder, il était déterminé à arriver à ses fins, il la suivit. Elle se dirigeait vers les tentes et il l’avait rattrapé au moment où elle allait rentrer dans la tente commune.

Là elle se retourna et lui dit « j’espérais bien que tu allais me suivre ». Grégory n’en croyait pas ses oreilles. Pourquoi s’était-il tellement torturé l’esprit pour trouver le courage de l’aborder ? Visiblement elle prenait les devants et il en perdait ses moyens. Il resta debout comme un idiot sans bouger pendant qu’elle entrait dans la tente, et il lui fallu quelque secondes pour se ressaisir et quand il entra à son tour Lucie était déjà assise sur sa couchette.

Il la rejoignit sur la couchette et ils commencèrent à parler de tout et de rien en flirtant légèrement. De jeux de mots en allusions, ils se rapprochèrent de plus en plus, si bien qu’au bout d’une bonne heure ils en étaient venus à parler de leur fantasmes respectifs. Bien qu’ils se soient bien rapprochés, il fut quand même surprit quand elle lui mit la main sur l’entrejambe en lui disant « banco ! » avec un grand sourire après qu’il lui ait raconté ce dont il rêvait.

Elle ouvrit la braguette de son jeans, en sorti sa virilité et entreprit de la caresser sensuellement. Tandis que son membre réagissait positivement, elle s’agenouilla devant lui et le prit entièrement dans sa bouche. Grégory était aux anges, comme dans un rêve : Lucie réalisait là son plus gros fantasme du moment, elle léchait et suçait son vit comme s’il s’agissait d’un Magnum au chocolat, entièrement et goulûment, et avec tant de savoir faire qu’il sentit qu’il allait bientôt jouir. Il tint Lucie par les cheveux et se répandit dans sa bouche en grandes giclées spasmodiques. A sa plus grande joie, elle avala le tout, terminant le travail par quelques petits coups de langue bien placés. Le comble du bonheur : il n’aurait rien à nettoyer !

Lucie s’était relevée en se léchant les lèvres, elle se dirigea vers l’ouverture de la tente. Avant de partir, elle se retourna vers lui et lui dit « à plus tard » avec un sourire mutin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s