Toilettes mixtes

Il était assis sur les toilettes depuis un moment déjà. Il avait terminé son affaire mais il restait là pour déchiffrer toutes les inscriptions sur les murs de la cabine. Il avait l’impression de lire une page de l’Histoire, tant il semblait que chaque occupant y était allé de son petit commentaire. Ces toilettes avaient plus de potentiel de lecture qu’un Harry Potter !Son regard avide en explorait chaque recoin, tant il ne pouvait s’empêcher de lire tout ce qui se trouvait à sa portée. Il avait toujours eu cette manie de lire tout ce qui lui passait sous les yeux. Au bout d’un moment son œil s’arrêta sur un trou d’une quinzaines de centimètres de diamètre, à sa droite, qui donnait directement sur la cabine voisine. Il avait été tellement absorbé par sa lecture qu’il ne l’avait pas remarqué jusqu’alors.

Ainsi donc pour la première fois de sa vie il se trouvait dans des toilettes équipées d’un glory hole ! Comme c’était excitant ! Il avait tellement lu d’histoires sur ce trou si spécial et ce qu’il permettait, c’est à dire principalement d’avoir des relations sexuelles avec quelqu’un sans se préoccuper de faire les présentations. L’idéal pour un timide maladif comme lui ! Il pouvait voir à travers le trou et malgré la pénombre que la cabine d’a côté était déserte et il ne pu résister à la tentation de tester ce trou « à blanc ».

Il y avait inséré son engin qui, avec l’excitation de l’inconnu, n’était pas resté flaccide bien longtemps et s’amusait à se repasser dans sa tête certaines histoires stimulantes qu’il avait lues ici ou là quand soudain la porte de la cabine voisine s’ouvrit et il vit un petit rayon de lumière passer là où sa virilité s’aventurait. Il se figea et n’osa plus bouger. Se retirer aurait été un aveu de faiblesse et, après tout, l’anonyme à coté ignorait tout de son identité. Il décida de rester ainsi et d’attendre sa réaction. Il aviserait après.

A sa grande surprise, il n’y eut aucun cri d’indignation. Au contraire, il semblait que son membre ne laissait pas indifférent, puisqu’une main s’en saisit délicatement et commença à le masser doucement. Un frisson lui parcouru l’échine, il appréciait beaucoup la caresse, peu importe de qui elle venait. La main, hésitante au début, avait maintenant enserré son membre tout entier et faisait d’amples va-et-viens si bien qu’il avait l’impression que son sexe était comme dans un fourreau étroit. Une sensation qui, combinée à cette situation excitante, ne tarda pas à faire son effet : il sentit bientôt son sperme jaillir en d’abondantes giclées.

Dans la cabine d’à côté, il entendit des bruits d’essuyage, puis de la porte qui s’ouvrait, quelqu’un sortir, et finalement il sût qu’il était de nouveau seul. Il se rajusta et sortit à son tour. Il avait passé un bon moment et personne ne saurait jamais quel pervers refoulé il était. En revanche, grâce à la lumière noire de la discothèque, il aurait peut-être une chance d’identifier son ou sa partenaire d’un soir…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s