Forfait nocturne

Robert avait envie. Il avait passé la soirée à regarder des petites vidéos amateur sur YouPorn pendant que Liliane s’attelait au ménage, au repassage, à la préparation du repas… bref, qu’elle faisait son boulot de femme au foyer. Maintenant qu’il était couché à ses cotés dans le lit conjugal il n’arrivait pas à dormir, sa verge dressait les draps comme l’aurait fait un piquet pour une tente de camping.

Liliane, elle, était dans les bras de Morphée. Allongée sur le dos la tête légèrement en arrière, elle ronflait comme une bienheureuse. Robert avait toujours trouvé ce petit ronflement sexy à souhait et la voir ainsi endormie ne calmait pas ses ardeurs, au contraire il était de plus en plus excité et les lents mouvements de va-et-vient que depuis quelques minutes il exerçait machinalement le long de son membre avaient encore amplifié son envie. Il en voulait plus. Il tendit le bras vers sa femme pour remonter discrètement sa chemise de nuit. Il n’était pas question de la réveiller, Robert savait qu’elle travaillait dur pour garder la maison en ordre, elle méritait de se reposer.

Le tissu en flanelle glissa sans résistance le long de ses jambes et sur ses hanches. Liliane, qui connaissait bien son mari après toutes ces années de mariage, n’avait pas mis de petite culotte. Elle avait la peau douce et Robert passa un long moment à lui caresser sensuellement les jambes ornées de varices naissantes. Elle dormait toujours à poing fermés, fourbue par sa journée de travail. Robert se hissa sur elle avec la grâce d’un hippopotame, s’appuyant sur les mains de part et d’autre du petit corps frêle de son épouse pour ne pas l’écraser. Il lui écarta les jambes d’un mouvement précis du genou et glissa son sexe dans l’orifice endormi, non sans avoir préalablement appliqué sur la pointe de sa verge une goutte du lubrifiant prescrit par le gynécologue de Liliane.

Le vagin vieillissant de sa femme avait perdu en élasticité ce qui avait comme avantage de le rendre plus ouvert que dans sa jeunesse, permettant à sa virilité flageolante d’arriver à ses fins sans trop de peine. Le membre glissa en elle presque tout seul, comme un couteau dans une motte de beurre ramolli. Maintenant qu’il était en place, il rejoua mentalement les vidéos qu’il avait visionnées plus tôt dans la soirée tout en astiquant sa femme avec la régularité d’un métronome : c’était sa manière à lui de contribuer aux tâches ménagères !

Toujours endormie, Liliane ronflait de plus belle, accompagnant chacun des mouvements de hanches de son mari d’un râle lascif. Plus excité que jamais par cet encouragement involontaire, Robert ne tarda pas à jouir. Depuis son ablation de la prostate deux ans auparavant il pouvait le faire sans laisser aucune trace de ses forfaits nocturnes, du travail en moins pour sa femme qui n’aurait pas à nettoyer les draps le lendemain !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s