Petit arrangement

Il était chouette, son petit appartement en centre-ville, et en plus elle le payait une bouchée de pain. Oui, vraiment, c’était une aubaine ! Le truc ? Elle en payait une partie en nature.

Allongée sur le ventre, les fesses relevées au maximum, la jupe remontée sur le dos et la culotte sur les genoux, elle attendait son propriétaire. Il passait tous les premiers samedis du mois à onze heures tapantes, et c’est lui qui avait exigé cette mise en scène.

Au début elle avait été vexée : c’est vrai qu’elle n’était pas un canon de beauté, mais tout de même ! Elle s’était demandé s’il ne lui demandait pas de tenir cette pose pour éviter de la regarder. Et puis, en y réfléchissant, elle avait pensé à ses fesses et elle avait été flattée. Sûrement avait-il su voir au premier coup d’œil que son postérieur était son atout charme ! Peut-être le seul, d’ailleurs. Elle savait que ses fesses charnues en excitaient plus d’un, il en faisait partie, c’était sûr !

Et puis ses doutes s’étaient estompés et maintenant, elle n’y pensait plus.

La porte d’entrée grinça et elle se mit à ruisseler d’anticipation en tenant la pose, attendant sa visite comme celle du messie. Car oui, il savait y faire. Il lui avait donné son premier orgasme, et les suivants… En entendant ses pas se rapprocher, elle poussa encore davantage sur ses fesses pour qu’elles saillissent un peu plus et retint sa respiration. C’était son petit truc à elle : elle ne la reprendrait que quand il serait tout au fond d’elle.

Un zip, deux mains sur ses fesses, une sensation de plénitude, et elle prit une grande inspiration tandis que son propriétaire commençait à prendre possession des lieux. Cette position lui procurait plus de plaisir qu’elle ne l’avait imaginé au début, quand il lui en avait parlé. Ca tenait sans doute à la zone sensible que le bout de son vit venait ainsi adroitement chatouiller. « Le point j’ai », avait-elle lu dans Biba magasine. Oui, ç’était sans doute cela…

Elle haletait, tandis qu’il s’activait sur elle, la tenant fermement par les hanches, et comme à chaque fois elle fût comblée, à tel point qu’elle se surprit à penser que c’était vraiment du vol, cette affaire : un peu comme s’il la payait pour loger dans l’appart.

Il s’était oublié en elle, de bonheur aimait-elle à croire, et bientôt il lâcha ses hanches. Elle entendit à nouveau le zip, puis des pas qui s’éloignaient.

— Je vous pose la quittance sur la commode de l’entrée, fit-il avant de disparaitre comme il était venu.

Publicités

Une réponse à “Petit arrangement

  1. L'assistante du propriétaire. Partie I : CourbetCela faisait dix ans qu'elle bossait pour lui. Il y avait les locations normales … et celles « à loyer modéré ». Que des femmes. Hier, une de ces locataires a annoncé son départ. Elle a pris rendez vous pour préparer l'état des lieux. D'habitude c'est lui qui fait ça, elle ne s'occupe que de l'administration. Mais aujourd'hui c'est différent. L'appartement l'intéresse suite à ses déboires sentimentaux. Alors elle veut voir. Elle n'a même pas prevenu le patron. Ça attendra bien demain.19h. Elle sonne puis elle ouvre avec sa clef, comme convenu avec la locataire. Il n'y a personne, il fait déjà noir. Il n'y a de lumière que dans la chambre dont la porte est ouverte et dans laquelle elle entre … et s'arrête, le souffle coupé, le coeur affolé. Courbet. C'est la référence du patron pour cette location. Elle a devant les yeux une reproduction vivante de « l'origine du monde ». (A suivre)VB

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s