Prise de contact

Une rose rouge, c’était le signe de reconnaissance qui avait été décidé pour cette première prise de contact. La fleur à la main, elle arriva sur les lieux du rendez-vous avec une appréhension grandissante. La trouverait-il à son goût ? Serait-il aussi poli et propre sur lui en vrai qu’il le disait sur son profil ? Tous les passants ne risquaient-ils pas de les prendre pour des militants socialistes ? Cette dernière question la taraudait plus que les autres, mais tous ses doutes furent balayés quand elle le vit arriver.

Sur lui, la rose avait un tout autre effet. Il l’avait accrochée négligemment à sa boutonnière, ce qui lui donnait une allure qu’elle trouva charmante. Il n’était pas ce qu’on pouvait appeler un apollon, mais sa manière de marcher vers elle avait un charme indéniable que la masculinité de sa barbe de trois jours presque négligée — contrairement à celle des métrosexuels qui ont envahi le métro parisien — accentuait encore. Quand il s’approcha plus près pour lui faire la bise elle apprécia qu’il sentît bon sans toutefois être parfumé et remarqua les petites rides qu’il avait au coin des yeux et qui dévoilaient son expérience.

Ils s’assirent à la terrasse du café et entamèrent la conversation avec un bavardage sans intérêt, mais qui eût le mérite de détendre les esprits stressés par l’appréhension de la rencontre. Il était drôle, attentionné, charmant. Tout ce que promettait son profil, et plus encore. S’il le lui avait proposé, elle l’aurait suivi chez lui sans hésiter, mais la proposition ne venait pas et elle se prit à ressentir une déception teintée d’un doute grandissant sur ses propres capacités à séduire. N’était-elle pas à son goût ? Avait-elle choisi le bon décolleté ? N’avait-il pas remarqué qu’elle triturait ses cheveux à s’en arracher des touffes entières ? Elle avait chaud et ça le rebutait ?

Elle n’allait pas rester assise là, rouge comme une pivoine et l’entrejambe palpitant. Il fallait qu’elle aille se rafraichir. A sa demande le serveur lui indiqua le sous-sol. Une fois seule, elle fit les vérifications d’usage devant le miroir des w.c.. Son décolleté était parfait, ses tétons pointaient légèrement sous le tissu léger de façon suggestive sans tomber dans le vulgaire, son maquillage n’avait pas coulé, et son haleine était fraîche. Alors quoi ? Pourquoi n’avait-il encore fait aucune proposition ? Elle ouvrit un bouton de son décolleté, puis se ravisa. Elle ne voulait pas paraître désespérée, s’il ne voulait pas d’elle elle ne le supplierait pas, elle rentrerait chez elle certes frustrée, mais la tête haute. C’est portée par cette nouvelle résolution qu’elle ouvrit la porte des cabinets et se retrouva face à un torse. Son torse, piqué d’une rose rouge, qui lui barrait le chemin.

Sans plus de formalités il l’embrassa fougueusement. Elle ne lui résista pas et fut même soulagée de constater que ce pouvoir de séduction dont elle pensait qu’il était en train de lui échapper fût intact. Une fois la surprise passée, elle lui rendit son baiser en s’accrochant à ses épaules comme une noyée. Sans rompre l’étreinte, il la poussa dans les w.c. avant d’en refermer la porte d’un coup de talon, puis la souleva par les fesses et l’assit sur le rebord du lavabo. Le froid de la céramique sur son minou en feu l’électrisa et un frisson lui parcourut l’échine. Elle aventura ses mains vers le torse de son rendez-vous et il l’aida à défaire son pantalon, guidant sa main vers sa virilité triomphante. Elle eut le plaisir de constater qu’il assumait sa masculinité jusqu’au bout car, contrairement à ses rancards passés, lui ne s’épilait pas à cet endroit. Ce détail la fit chavirer de désir. Elle enroula ses jambes autour de lui, l’attirant vers elle et le guidant dans son intimité ruisselante. Se sentir prise ainsi et dans ce lieu la galvanisait, et son orgasme fut aussi rapide à arriver que puissant, presque immédiatement suivi de celui de son rendez-vous, manifestement dans le même état d’extase qu’elle.

Pour une première prise de contact, c’était plutôt bien réussi, pensa-t-elle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s