Gourmandise

La chair, rouge presque écarlate, semble vouloir s’épanouir davantage sous la peau déjà bien tendue, créant ici et là des tumescences prometteuses. Il est gonflé, rempli, et en émane une légère odeur, appétissante, qui me fait saliver. A son extrémité, un résidu blanchâtre, imperceptible, me rappelle son authenticité. Je le veux. Est-il aussi bon qu’il en a l’air ? J’imagine ma langue à son contact, et son goût dans ma bouche, et déjà je pense à la sensation du jus que j’en aurais extrait glisser dans le fond de ma gorge.

Au toucher, il est doux, mais d’une fermeté étonnante, et j’ai l’impression qu’il frémit sous mes doigts. Saurait-il ? Anticiperait-il ? Je le saisis d’une main ferme, décidée. C’est maintenant ! J’en ai trop envie, je ne peux plus attendre.

C’est moi qui frémis, à présent, en glissant la lame froide dans sa chair. Ah ! Le saucisson ! Quel délice !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s