Fringale nocturne

Du fond de son lit, les yeux grands ouverts, elle écoutait le silence, essayant de repérer le rythme de la respiration presque imperceptible de son mari qui dormait à ses côtés. Il avait toujours eu le sommeil profond et elle pouvait, pendant qu’il dormait, faire de lui tout ce qu’il lui plaisait. Un coup de chance, tant il n’aimait pas certaines des perversions indispensables à son bien-être à elle.

La respiration était enfin régulière, maintenant il dormait à poings fermés ; la voie était libre. Lentement, elle tendit le bras vers le tiroir de sa table de nuit et en sortit un objet long et cylindrique. Puis elle alluma la petite lampe de chevet et une douce lumière éclaira faiblement la chambre ; pas trop forte, pour ne pas prendre le risque de le réveiller, mais tout de même suffisante pour qu’elle pût y voir clair. Elle tira doucement la couette vers elle, découvrant son homme, centimètre par centimètre. La préparation de son forfait était tout aussi importante et excitante pour elle que le forfait lui-même, et elle prenait un plaisir affiché à contempler la chair de poule s’installer sur les jambes, les cuisses, les fesses… de son homme endormi.

N’ayant pas besoin d’aller plus loin, elle s’arrêta là, laissant la couette recouvrir le dos de son mari. En bonne épouse, elle veillait toujours à ce qu’il n’eût pas trop froid. Elle secoua vigoureusement le cylindre froid et en retira le capuchon puis, tout en écartant délicatement les fesses de son époux à l’aide du pouce et de l’index pour en découvrir le petit cercle ridé, objet de sa convoitise, elle le retourna complètement et appuya fermement sur la gâchette. Une crème épaisse, blanche et compacte en jaillit, qui vînt se déposer en un gros nuage épais tandis que la rondelle de son mari se contractait de surprise.

Elle contempla son œuvre quelques minutes, comme on le fait pour une assiette d’un grand restaurant gastronomique. La chantilly en contact avec la peau tiède du dormeur commençait à fondre, alors, n’y tenant plus, elle plongea la tête dans le nimbus appétissant et lécha avidement, lapant avec sa langue agile la moindre petite trace de crème sucrée, allant jusqu’à la darder aussi loin qu’elle le pouvait dans le rectum pour récupérer au passage quelques bactéries anaérobies dont elle avait lu sur doctissimo qu’elles étaient bénéfiques pour la santé et pouvaient même faire maigrir !

chantilly

Publicités

3 réponses à “Fringale nocturne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s