Bain de sang

Du fond de son lit, Françoise repensait à cette folle journée durant laquelle le sang, les larmes, et la douleur ne l’avaient pas quittée d’une semelle. Les pertes avaient été faibles au début ; elle s’était rassurée en se disant que ce n’était pas si terrible, qu’ailleurs se jouaient des drames bien pires que celui-là. Elle était adulte, elle devait faire face avec courage. Les heures passant, les pertes s’étaient faites plus importantes, et à chaque vague nouvelle, la douleur venait lui tordre le ventre un peu plus fort. Une lente agonie intérieure durant laquelle elle n’avait pas faibli, pourtant, épongeant vaillamment le sang qui semblait couler d’une source intarissable. Elle était allée se coucher, épuisée, en sachant pourtant que ce n’était pas terminé, que le lendemain, elle aurait d’autres pertes à déplorer. Mais pour l’heure, elle était lasse, exténuée. Elle se lova dans sa couette et ferma les yeux avant de sentir la main de son mari lui caresser la hanche.
— Pas ce soir, chéri, j’ai mes règles, soupira-t-elle en lui tournant le dos.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s