Tranche de VDM

— L’avantage, avec les grosses, c’est qu’elles sont peu exigeantes et ont beaucoup à offrir.

Ces mots sortaient de la bouche de Jérôme, un trentenaire malicieux dont le malheur en amour n’avait pas entamé la naïve gaieté. Assis à la terrasse d’un café parisien, emmitouflé dans un épais col roulé tricoté par sa maman, il sirotait un chocolat chaud en remuant la bouche en d’étranges mimiques pour éviter de se brûler les lèvres. Face à la rue, sans personne attablé devant lui, il observait les allées et venues des passantes, les jugeant bruyamment à leur passage comme s’il eut été jury d’un télé-crochet ; la seule différence était que ses critères de beauté étaient dictés uniquement par ses échecs et râteaux passés. La grande blonde suédoise semblable à la cible de sa première tentative pathétique de drague, une quinzaine d’années auparavant, fut gratifiée d’un grognement d’humeur accompagné d’un revers de la main trahissant l’impatience de Jérôme de la voir sortir de son champ de vision. Il évacua ce souvenir en portant à ses lèvres sa tasse de chocolat, le petit doigt boudiné délicatement levé, avant d’en siroter bruyamment une gorgée mêlée d’air. La petite brunette qu’il remarqua ensuite ne fut pas mieux notée, à cause de l’été 2003, cette fois. Les suivantes eurent toutes droit aux mêmes commentaires dédaigneux, le moindre détail était prétexte à les recaler, car avec le temps, il avait associé presque toutes les physionomies à un rejet amoureux. Après un énième geste de mécontentement, il se pencha vers son voisin :

— Les grosses, j’vous dis, y’a qu’ça de vrai.

L’homme hocha la tête poliment sans rien dire, évitant son regard pour ne pas l’encourager, avec un sourire en coin, et Jérôme retourna à son casting sauvage, pour être interrompu par un coup de fil quelques minutes plus tard. Son assurance fana brusquement.

— Oui maman, j’arrive bientôt… Oui, je t’aiderai pour ton bain… Oui, je te frotterai le dos, comme d’habitude.

Jérôme se leva et, cette fois, c’est lui qui évita le regard de son voisin qui, lui, ne réprima pas un rire franc et sonore en le regardant s’éloigner, les épaules voutées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s