Aux mamans

♫♩Dans la jungle, terrible jungle,♩♫
♩♫ le lion est mort ce soir♩♪♬

La chanson trottait dans la tête de Gilles, qui venait d’expérimenter sa première panne sexuelle. Quelques minutes plus tôt, son engin, qu’il surnommait, avec une affectueuse fierté, Le Roi Léo, avait refusé de se lever pour accomplir son devoir conjugal. C’était certainement pour cela, d’ailleurs, que le Roi Léo était resté inerte, affalé sur sa cuisse gauche : depuis quelque temps, l’acte n’était plus un plaisir ; ces dernières années, en même temps que les cuisses de sa femme passaient de jambons fermes à oranges blettes, ses seins, de poires rebondies à gants de toilette, et son mont de vénus, de dune chaude du Sahara au dernier campement des FARCS, la vie sexuelle de Gilles était passée de plaisir à corvée. Entre deux couplets de la célèbre chanson qui tournait en boucle dans sa tête, il relativisa : cette panne était plutôt une bonne chose, finalement, puisqu’elle lui évitait les efforts démesurés qu’il fournissait chaque semaine. Allongée à côté de lui, sa femme lui caressa affectueusement le bras.

— T’inquiète pas, ça arrive. Je ne t’en veux pas.

Encore heureux ! pensa-t-il, et c’est même à toi, qui t’es tant laissée aller, que tu devrais en vouloir, tiens ! Il s’abstint de le formuler tout haut et resta silencieux. Elle se trompait ; il n’était pas inquiet : il était soulagé.

Il s’était toujours imaginé qu’une panne serait terrible. Dans sa jeunesse, à cause de ce qu’il aurait manqué du fait de son absence de vigueur ; et puis plus tard, par crainte qu’une faiblesse de la part de son Roi Léo redouble les ardeurs de sa femme qui se serait alors mise en devoir de le sucer pour le ressusciter. Ouf ! elle n’en faisait rien. A la place, elle lui rabâchait les poncifs pseudo-psy qu’elle avait lus dans Marie-Claire, ce qui n’était pas forcément mieux, à la réflexion.

— A ton âge, c’est assez fréquent, tu sais, il ne faut pas paniquer, mais si tu veux, tu peux en parler à ton médecin.

Tout compte fait, à bien y réfléchir, il aurait préféré qu’elle le suce ; au moins elle aurait fermé son clapet. Il serra les poings sous les draps : il voulait éviter le conflit. Demain, c’était la fête des Mères, et elle lui avait donné deux beaux gamins, c’était à mettre à son crédit. Il ne voulait pas lui gâcher cette journée.

— Je vais me changer les idées devant la télé, annonça-t-il.

Elle le regarda quitter la chambre et, avant qu’il ne disparaisse totalement, lui lança :

— Je t’aime.

Marie-Claire et ses conseils psycho avaient leurs avantages, elle y avait appris à lui ficher la paix quand il le fallait. Rien que pour ça — mais aussi pour les enfants —, il pensait vraiment ce qu’il lui répondit avant d’aller s’affaler devant Le Plus Grand Cabaret Du Monde :

— Je t’aime aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s